[SEQUENCE 3] La Calligraphie :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[SEQUENCE 3] La Calligraphie :

Message par RPTFSO le Ven 8 Oct - 19:38

L'art de la calligraphie :
Les lettres ne se réduisent pas à un simple tracé, dont la forme a été modifiée, transformée, enrichie au fil du temps pour s'adapter aux personnes et aux sociétés.
Elles sont le berceau de notre imagination, le support de toutes les fantaisies graphiques.
Hier comme aujourd'hui, les artistes, calligraphes, enlumineurs ornent, drapent, inventent et peignent les lettres dans le souci de trouver la forme, le décor et les couleurs qui conviennent le mieux aux textes manuscrits.


Le matériel :
-une plume d'acier biseautée n°2 avec réservoir,
-un porte-plume,
-une encre très légère spéciale calligraphie (pas d'encre de Chine, trop épaisse) bleue, violette, rouge ou sépia. Attention au temps de séchage de l'encre,
-un buvard,
-du papier de différentes couleurs, lisse, de 160g pour présenter vos oeuvres après les exercices.


Le lexique :
-Ascendante, hampe ou haste : partie de la lettre qui est au-dessus de l'intervalle d'écriture,
-Contre-forme : espace vide à l'intérieur d'une lettre,
-Corps : partie de la lettre qui correspond à la hauteur de l'intervalle d'écriture,
-Délié : trait fin d'une lettre,
-Descendante ou jambage : partie de la lettre qui se prolonge vers le bas,
-Ductus : ordre dans lequel les traits d'une lettre sont tracés,
-Empattement : trait horizontale qui orne la verticale,
-Ligne d'écriture : ligne qui porte le corps des lettres,
-Plein : trait épais d'une lettre.


Les différentes calligraphies :
-L'Onciale
-La Caroline
-La Gothique primitive
-La Textura
-La Fraktur
-La Rustica
-La Gothique
-L'Anglaise


L'Onciale :
Apparue vers le IVe siècle, elle est inspirée de la capitale et de la cursive romaines.

L'Onciale classique est une écriture formée de pleins et de déliés nettement réalisés, de courtes ascendantes et descendantes régulières qui lui confèrent une majesté, une ampleur et une rondeur caractéristiques du contexte artistique et architectural de cette époque : les courbes gracieuses de l'Onciale résonnent comme un écho au plein cintre roman.

Prédominante à la fin de l'Empire romain, elle n'est plus employée que pour les têtes de chapitre à l'époque carolingienne et son usage tend à disparaître au cours du IXe siècle.

Sa structure plutôt large oblige à poser les traits, à les tracer comme un dessin.



La Caroline :
Apparue vers le VIIIe siècle, la Caroline n'est pas l'effet d'une spontanéité, mais le résultat d'une volonté politique exprimée par Charlemagne, qui inaugure un grand renouveau culturel dans son empire.
En 789, l'empereur officialise la Caroline, qui devient facteur d'unité entre les différentes écoles créées dans toute l'Europe.

La Caroline est définitivement mise au point par le moine Aucuin d'York dans l'atelier de fabrication des manuscrits de l'abbaye Saint-Martin-de-Tours. Son influence est considérable et elle reste inchangée durant quatre siècles.

C'est une lettre d'une grande régularité, un peu penchée à droite, très lisible. Elle se trace avec les pleins et les déliés, des ascendantes et des descendantes très marquées.



L'Anglaise :
En 1574 un manuel d'écriture italique est imprimé à partir d'un texte gravé sur des plaques de cuivre à l'aide d'un burin.

L'écriture développée pour cette méthode de taille-douce, combinée à l'utilisation d'une plume fine et à un angle d'écriture très penché, donne naissance à une nouvelle calligraphie connue plus tard sous le nom d'Anglaise.

L'innovation majeure réside dans le fait que toutes les lettres d'un mot sont pour la première fois liées, aussi haut que possible sur le plein vertical, facilitant ainsi le tracé de l'écriture.

L'écriture anglaise se développe au XVIIIe siècle grâce à l'usage de plumes métalliques plus pointues. Elle s'est répandue à partir du XIXe siècle dans toute l'Europe où elle devient l'écriture officielle du commerce.



La Gothique primitive :
Apparue pour la première fois au IXe siècle dans les chartes de l'abbaye Saint-Etienne de Caen, elle est très utilisée, principalement en France, dans les régions soumises à l'influence normande et angevine, du IXe au XIIIe siècle.

C'est une écriture de transition entre la Caroline, dont elle garde les formes arrondies, et d'autres gothiques régionales aux formes plus angulaires.

Elle se caractérise par des empattements très prononcés, en crochet, au pied des descendantes.

Les lignes d'écriture sont plus espacées que dans les siècles passés, ce qui rend la lecture plus facile.



La Gothique :
Apparue dans les régions normande et angevine dès le IXe siècle, elle est utilisée comme lettrine pour les titres et les en-têtes de chapitre.

Cette lettre majestueuse se caractérise, dès ses débuts, par un important travail de pleins et de déliés, et peu à peu, selon l'époque et les régions (le Mont-Saint-Michel en Normandie, Citeaux en Bourgogne), par une abondante décoration de fioritures, dans l'espace crée par la contre-forme, et par trois protubérances sur la verticale.

Elle est souvent agrémentée d'entrelacs, d'animaux fantastiques, de spirales, de scènes historiques ou de la vie quotidienne.



La Textura :
Apparue au XIIIe siècle en Europe du Nord, la Textura, qui résulte de la transformation de la Gothique primitive, est considérée comme le symbole de l'écriture médiévale.
Les formes arrondies tendent à disparaître pour laisser place à des traits droits anguleux, denses, aux empattements en losange.
Étroite et resserée, la Textura prend moins de place et apporte à l'ensemble de la page un aspect de régularité, de clarté.

A l'époque, les calligraphes recherchent un plus juste équilibre entre les espaces et le corps de la lettre pour parvenir à une harmonie parfaite.



La Rustica :
Apparue dans les ouvrages du IIe siècle au VIe siècle comme écriture manuscrite, elle est utilisée dans les copies de luxe, notamment pour les ouvrages de Virgile (Ve siècle). C'est une variante de la capitale romaine, très appréciée par les peintres et les scribes qui n'avaient pas de cursive à leur disposition pour les manuscrits.

A cause de la complexité de son ductus, elle ne sera plus employée comme minuscule mais comme majuscule pour la réalisation des en-têtes de chapitres jusqu'au XIIe siècle.



La Fraktur :
Apparue au début du XVe siècle (les plus anciennes pages datent de 1400 environ), la Fraktur se développe dans les pays germaniques, où elle est utilisée jusqu'au début du XXe siècle et où elle devient le prototype d'écriture. C'est l'écriture choisie par les graveurs de caractères et imprimeurs d'outre-Rhin tels que Gutenberg, Dürer etc...

C'est une lettre droite et resserrée, avec de nombreux traits arrondis qui exigent un tracé très homogène d'un bout à l'autre du texte, pour donner aux pages un aspect harmonieux et équilibré.





Fichiers joints
calligraphie image cours.jpg Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(21 Ko) Téléchargé 1 fois

RPTFSO
Eleve Université
Eleve Université

Sexe: Masculin Habbo: RPTFSO
Grade UH: Annexe Niv1
Humeur: Peace :D

Revenir en haut Aller en bas

Re: [SEQUENCE 3] La Calligraphie :

Message par MrKevin1506 le Mar 19 Oct - 19:02

OMG

MrKevin1506
Professeur université
Professeur université

Sexe: Masculin Habbo: MrKevin1506
Grade UH: Professeur de latin & de Néerlandais [2]
Humeur: Made in Belgium

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum